Ouvrir le menu

Le projet global d’aménagement à Kembs

Publié le 26 juin 2015

La nouvelle concession de Kembs (80% française et 20% Suisse) est entrée en vigueur le 15 décembre 2010 pour une période allant jusqu’au 31 décembre 2035. Dans le cadre de ce renouvellement, les chercheurs et ingénieurs d’EDF ont proposé un projet, qui pour la première fois, a été conçu comme un aménagement global créant de la valeur dans le domaine industriel (pérennisation de la concession), environnemental (réactivation de fonctions naturelles) et sociétal (dialogue fort avec les parties prenantes).

La particularité du projet de Kembs : être au cœur d’un territoire tri-national (France, Allemagne et Suisse)

Le gain environnemental est maximisé par la mise à contribution simultanée de la nature elle-même (crues pour l’érosion maîtrisée, ancien bras réactivé, interaction débit réservé – morphologie) et du chantier industriel (déblais utilisés pour la reconstitution du substrat, alimentation de la nouvelle rivière par une prise d’eau commune).

Le projet environnemental, destiné à préserver les écosystèmes du Rhin, s’inscrit dans la contribution d’EDF à la Stratégie Nationale pour la Biodiversité. Il s’articule autour de 5 mesures innovantes :

  • L’augmentation significative dans le Vieux-Rhin du débit minimum nécessaire à la vie aquatique pour l’adapter aux besoins biologiques du cours d’eau : il a été augmenté de 20 m3/s à 52 m3/s pour la période hivernale, et jusqu’à 150 m3/s l’été.
  • La construction d’une nouvelle centrale de 8,4 MW pour turbiner l’eau restituée au Vieux-Rhin et produire de l’énergie renouvelable et sans émission directe de CO2. La mise en service industrielle de ce nouvel aménagement hydroélectrique est prévue à l’été 2016.
  • La renaturation de plus de 100 hectares sur l’île du Rhin à la place d’une ancienne parcelle agricole, incluant la restauration d’un ancien bras du Rhin, long de 7 kilomètres. Il s’agit d’une action unique en Europe.
  • Le rétablissement des apports naturels de graviers dans le fleuve grâce à deux mesures : la destruction de la « digue de Tulla » en rive française et l’utilisation d’excédents de graviers issus du chantier de la nouvelle centrale de restitution.
  • Une réalisation des ouvrages permettant la circulation des espèces animales tels que deux passes à poissons (permettant de connecter le Vieux-Rhin et son nouveau bras vers la Suisse) et une passe à castors.

Un suivi environnemental systématique est mis en place sur le long terme pour vérifier la bonne atteinte des objectifs environnementaux assignés aux différentes parties du projet de Kembs

De nombreuses ressources sont mobilisées dans cet objectif : ingénierie et R&D d’EDF, bureaux d’études environnementaux, monde universitaire, CNRS.

Kembs-5-mesures-innovantes

Les travaux préparatoires au projet ont démarré fin 2010.

Le coût des travaux est de 60 millions d’euros :

  • Nouvelle centrale et organes de migration piscicole : 50 millions d’euros
  • Bras renaturé : 6 millions d’euros
  • Autres mesures environnementales : 4 millions d’euros

Pour en savoir plus sur l’aménagement hydroélectrique de Kembs

Présentation générale de l’aménagement hydroélectrique de Kembs

Le renouvellement de concession de Kembs : un processus de concertation exemplaire

Kembs : le projet de renaturation de l’Ile du Rhin

Actualités Innover

13 mars 2017
Le facteur humain dans l’industrie du futur (session 13)

13e séance de travail sur le facteur humain dans l'industrie du futur : open innovation, lean, sécurité et libération des énergies des salariés...

Lire la suite
08 mars 2017
Co-construire la posture du facilitateur

7/3/2017 : Rencontre IAF Alsace pour co-construire la posture du facilitateur. Développement des compétences. Animation collective. Facilitation...

Lire la suite
27 février 2017
Industrie du futur et open innovation (session 12)

3/2/17, CCI de Colmar, 12ème session du groupe de travail « Le facteur humain dans l’industrie du futur ». Au programme : les ateliers et l'open innovation.

Lire la suite
Voir toutes les actualités