Ouvrir le menu

Oslo2Rome : une blockchain pour innover, mais pourquoi ?

Publié le

Aujourd’hui et demain, le groupe EDF participe à l’expérimentation Oslo2Rome. Mais quel est l’intérêt de payer la charge des véhicules électriques via une blockchain ? Chef de projet à la R&D d’EDF et notamment chef du projet blockckain, Gilles Deleuze répond à nos question.

Bonjour Gilles, alors que la Renault Zoé d’EDF est partie sur les autoroutes franco-allemandes pour expérimenter le paiement des recharges de véhicules électriques via une blockchain, peux-tu nous expliquer pourquoi le groupe EDF participe à l’initiative Oslo2Rome dans le Grand Est ?

D’abord, le concept de conduite ouverte, peu coûteuse et sécurisée à travers l’Europe est une réalisation-clé de l’Union européenne qui est importante pour aujourd’hui déjà et pour préparer l’avenir.

Deuxièmement, Oslo2Rome est un cas d’utilisation très pertinent pour la technologie blockchain. Il combine les transactions, le stockage de données, des parties prenantes diversifiées ayant à utiliser un registre commun avec une coordination minimale, les enjeux financiers. L’aspect transfrontalier de cette expérience est également très pertinent pour un démonstrateur blockchain.

Troisièmement, Oslo2Rome facilite le paiement de la charge et donc l’interopérabilité entre les fournisseurs européens de stations de recharge de véhicules électriques.

Enfin, il y a deux intérêts pour EDF. D’une part, l’apprentissage d’EDF Lab grâce à une telle évaluation de blockchain sur le terrain, en interaction avec le matériel réel et les utilisateurs finaux de la région. La technologie blockchain offre en effet de nombreuses promesses, mais manque aujourd’hui d’évaluations réalistes des performances et des risques. D’autre part, cette initiative permet également de créer une collaboration fructueuse entre la R&D et les métiers et  filiales en région qui contribuent à l’animation des écosystèmes régionaux de l’innovation.

Où en est la mobilité électrique en France ?

La mobilité électrique est aujourd’hui un sujet tendance en France, dans le cadre de la transition énergétique et technologique. Elle est à l’avant-garde pour devenir significative aux niveaux économiques et sociétaux. De nombreuses collectivités territoriales favorisent la mobilité électrique. L’industrie est en développement: le constructeur automobile français Renault possède 25% du marché des véhicules électriques, le démarrage de ce nouveau type de mobilité se traduit par l’émergence de nouveaux acteurs dans les services apportés à l’industrie automobile: Navya, une société en Rhône-Alpes, est par exemple le chef de file des navettes autonomes, et compte déjà 120 employés en France et aux États-Unis.

Parlez-nous de votre entreprise et de vos efforts actuels autour de la mobilité électrique ?

Dans ce contexte, la mobilité électrique est un sujet très important pour EDF, qui investit depuis de nombreuses années dans le développement de la mobilité décarbonée, qui comprend les véhicules électriques, mais aussi les piles à combustible dans le cadre de l’effort que chaque pays doit faire pour limiter l’effet de serre mondiale. Dans le premier domaine, EDF est un acteur-clé en France depuis de nombreuses années, travaillant sur le développement de la mobilité électrique (Transdev), les stations de recharge (Sodetrel), les technologies nouvelles et efficaces pour les batteries, et les expériences. Par exemple, EDF teste des navettes autonomes qui sont à l’essai dans la centrale nucléaire de Civaux.


Cet article vous a été utile ? partagez-le !

Les actions pour le développement durable

L’industrie du futur

EDF, ÉS au coeur du programme pour l’industrie du futur, coordonné par l’Alliance Industrie du Futur

EIFER, le centre R&D en Allemagne : au cœur de la transition énergétique en Europe

EIFER développe ou améliore des solutions énergétiques innovantes, des outils et des approches pour un développement durable.

Chaire Management des connaissances

EDF et ÉS soutiennent la chaire Management de l’Innovation, devenue en janvier 2014 la chaire Management des connaissances, animée par l'EM Strasbourg.

Le projet global d’aménagement à Kembs

Le projet mené par EDF à Kembs (préservation des écosystèmes du Rhin) s’inscrit dans la contribution d’EDF à la Stratégie Nationale pour la Biodiversité.

Chaire Géothermie profonde

Dans le cadre de la transition énergétique, la géothermie se présente comme une énergie renouvelable particulièrement adaptée à certains territoires. Depuis plusieurs années, le groupe…

Cap Innov’Est pour financer des projets innovants dans l’Est

Créé avec le soutien d’EDF en Alsace, le Fonds d’amorçage Cap Innov'Est va permettre de financer des projets économiques innovants dans l’Est de la France,…

Écocité : Construire autrement avec la géothermie

Deux années d’études ont permis au Groupe EDF de démontrer qu’il est possible et performant de profiter de la structure du bâti pour produire, en…

Découvrez toutes les actions réalisées en Alsace

Actualités Innover

30 décembre 2018
La transformation numérique dans le cadre du Plan régional Industrie du futur

19 /6/2018 : la Région Grand Est et le Syntec Numérique organisaient leur première Conférence sur la transition numérique, afin de favoriser la mise en relation entre les offreurs de solutions et des industriels,

Lire la suite
15 décembre 2018
Offreurs de solutions pour l’industrie du futur, session 16

11/6//2018. Strasbourg. Des offreurs de solutions du Grand Est ont poursuivi leurs travaux au sein de leur communauté de pratique sur l'industrie du futur.

Lire la suite
26 novembre 2018
Innovation : Les Prix EDF Pulse Grand Est et vous 

Les Prix EDF Pulse Grand Est sont lancés ! Startups, petites entreprises ou laboratoires de recherche publics, déposez vos dossiers avant le 15/2/2019

Lire la suite
Voir toutes les actualités