Ouvrir le menu

Gros succès du premier tournoi de hand-fauteuil d’Alsace

Publié le

Le premier tournoi de hand-fauteuil organisé en Alsace par le Fonds de dotation du SAHB a été remporté par Lons-le-Saunier, les deux équipes de Sélestat complétant le podium. Les différentes coupes ont été remises par Robert Engel, Adjoint au Maire de Sélestat, Roland Bohn, président du Comité 67 Handball, Béatrice Weichel, présidente du Fonds de dotation du SAHB, Bernard Bloch, chargé de mission EDF, partenaire fondateur du Fonds, Christian Omeyer, Directeur sportif du SAHB, en présence de Béatrice Hess, présidente du Comité Handisport Alsace.

Le Sélestat Alsace Hand Ball est l’un des premiers clubs en France à avoir créé une section hand-fauteuil au sein de sa structure. Peu nombreux dans l’hexagone, le SAHB a réussi le pari d’en réunir un grand nombre pour la 1ère édition de son tournoi de hand-fauteuil. Cela a été possible à travers la création du Fonds de dotation du SAHB en 2013, soutenu par EDF et rejoint depuis par d’autres mécènes.

1 tournoi et 8 équipes de hand-fauteuil venues de toute la France

Pour cette première édition, le SAHB a réussi à réunir huit équipes venues de toute la France : Besançon (Bourgogne-Franche-Comté), Lons-le-Saunier (Bourgogne-Franche-Comté-Franche-Comté), Claye-Souilly (Île-de-France), Montigny-le-Bretonneux (Île-de-France), Canteleu (Normandie), Saint-Chamond (Auvergne-Rhône-Alpes) et deux équipes du Sélestat Alsace Hand Ball (Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes).

! !  VOIR L’ALBUM SOUVENIR ! !

Après deux jours de matches conviviaux et acharnés, c’est Lons-le-Saunier qui a réussi à battre en finale l’une des deux équipes de Sélestat, celle là même qui l’avait pourtant battu la veille. Mais l’essentiel était ailleurs, comme l’explique Béatrice Weichel, présidente du Fonds de dotation du SAHB.

Béatrice Weichel, présidente du Fonds de dotation du SAHB, qui organisait ce 1er tournoi de hand-fauteuil, avec le soutien d'EDFBéatrice Weichel, qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans l’aventure du hand-fauteuil ?
Avec Top Music, dont je suis la gérante à Sélestat, on est partenaire historique du SAHB. En réfléchissant avec les dirigeants, on a eu envie d’apporter un supplément d’âme au club et on a eu l’idée de créer un Fonds de dotation avec le soutien d’EDF. Très vite, l’idée d’une équipe hand-fauteuil a suivi et on s’est donné les moyens pour y arriver. On a commencé par inviter des équipes pour faire des matches de démonstrations, puis les entraînements et aujourd’hui, on a réussi à organiser ce tournoi et à faire venir des équipes de toute la France. C’était un grand moment de partage. La convivialité entre les équipes était vraiment au rendez-vous. Ils rentrent sur le terrain pour gagner mais sans se prendre au sérieux. « La solidarité entre nos mains », c’est le slogan du Fonds de dotation du SAHB et c’est vraiment ce qu’on voit sur et autour du terrain.

Et quelles sont tes attentes ?
Que l’équipe de hand-fauteuil intègre davantage de personnes handicapées, que ce soit pour le hand-fauteuil ou pour faire venir aussi des équipes au BeacHand de sport adapté.

IMG_2158p-md

Tous unis par le hand-fauteuil, ils sont dirigeants, joueurs, valides, non-valides, découvrez leurs témoignages…

Benjamin Brun, joueur du SAHB hand-fauteuilBenjamin Brun, qu’est-ce qui t’a motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
A la base je suis handballeur, je jouais à Colmar avec Julien Antoine en Nationale 2, et j’ai eu un accident en snowboard. Je me suis retrouvé en fauteuil et ce qui me manquait le plus, ce n’était pas de ne plus pouvoir marcher, mais de ne plus pouvoir faire du handball, de m’entraîner tous les jours. Après, j’ai cherché un sport collectif et j’ai fait du handibasket qui était le seul handisport collectif à l’époque. J’ai joué au plus haut niveau avec l’ASHPA à Strasbourg de 2006 à 2015. Il y a 2 ans, j’ai eu envie de retrouver l’esprit convivial du hand. Et quand Julien Antoine me l’a proposé, je suis venu dès le premier entraînement le 21 juin 2013. J’étais tout de suite surpris de nous retrouver à près d’une dizaine, avec une sacrée mixité, tous les âges, des hommes, des femmes, et surtout avec des valides. C’était la première fois que je vivais ça aussi naturellement et avec une telle motivation. Au basket, on était entre non-valides. Ici, on est vraiment tous ensemble. Et si tous les entraînements se terminent au bar, c’est parce qu’on est heureux de se retrouver.

Et quelles sont tes attentes ?
Je suis un compétiteur et j’aimerais qu’un championnat soit créé. Si le rugby en fauteuil y est arrivé, le hand devrait aussi y parvenir. Mais j’aimerais surtout que ce soit la Fédération de handball qui le crée. L’étiquette handisport ne me dérange pas. Mais on est d’abord des handballeurs et c’est à la Fédération d’intégrer notre mixité.

Isabelle Gény, joueuse du SAHB hand-fauteuilIsabelle Geny, qu’est-ce qui t’a motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
Comme je fais un job intense, j’ai eu envie de pratiquer une activité physique. Et c’est Benjamin qui m’a proposé de jouer avec eux dans l’équipe de hand-fauteuil qui existait depuis 6 mois. J’ai surtout découvert une relation humaine extraordinaire qui est liée justement à cette mixité entre valides et non-valides, hommes et femmes, et de tous les âges. Une vraie belle aventure humaine.

Et quelles sont tes attentes ?
Ce serait bien qu’on ait un véritable championnat. C’est une discipline nouvelle et ce serait bien pour le côté sportif, mais aussi pour clarifier les règles et nous permettre de nous structurer avec les autres équipes qui existent en France.

Yves Weil, joueur du SAHB hand-fauteuilYves Weil, qu’est-ce qui t’a motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
Un jour, je suis venu voir les pros et, à la mi-temps, un dirigeant de l’équipe m’a demandé si ça m’intéresserait de venir dans l’équipe de hand-fauteuil qu’ils étaient en train de créer. Au début, je n’étais pas trop motivé car, depuis mon accident en 1996, je n’avais pas trop envie de faire du sport collectif. Avant je ne faisais pas de sport du tout. Depuis, je fais de la musculation. Mais je suis quand même venu les voir et comme ils n’étaient que quatre, j’ai décidé d’aller avec eux. Le coach, Julien, m’a motivé et ça m’a plu tout de suite. L’ambiance, le hand. J’ai même proposé à ma copine, Stéphanie, de venir en faire avec nous car elle faisait du hand en tant que valide quand elle était jeune.

Et quelles sont tes attentes ?
Je veux que l’entente reste pareille et qu’on reste toujours un groupe qui prend plaisir à se retrouver et à jouer ensemble. Il faudra qu’on reste vigilants à ça en devenant de plus en plus nombreux.

Stéphanie Henner est joueuse du SAHB hand-fauteuil

Stéphanie Henner, qu’est-ce qui t’a motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
Mon compagnon est en fauteuil et je l’ai suivi quand ils ont créé l’équipe. Je jouais quand j’étais plus jeune et Yves faisait du sport individuel. Il a fallu que je m’adapte au maniement du fauteuil. Le samedi matin, il y a vraiment une bonne ambiance chaque fois qu’on se retrouve pour les entraînements. En étant là depuis le début, on suit l’évolution. On progresse énormément et je pense que notre cohésion est justement notre force.

Et quelles sont tes attentes ?
On aimerait que l’équipe soit reconnue au niveau de la fédération.

Sébstien Husser est joueur de lu SAHB hand-fauteuilSébastien Husser, qu’est-ce qui t’as motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
C’était un de mes sports avant mon accident. J’y avais joué 12 ans. J’ai eu l’opportunité de réessayer, j’ai retrouvé des sensations. Ils ont rapidement mis un entraînement en place tous les samedis matin et ça me plaît toujours autant. Et puis il y a aussi l’esprit handball, le collectif, pas de prise de tête. Ça fait travailler le physique et ça m’apporte pour le tennis qui est mon sport numéro 1.
NB : Sébastien est le numéro 8 français et 55ème mondial.

Et quelles sont tes attentes ?
Ce tournoi permet de passer deux jours avec les copains, de passer une bonne soirée et de faire connaissance avec les autres équipes qui ont plus d’ancienneté que nous. Sinon, j’essaye de faire connaître ce sport partagé entre valides et non-valides. Dès que j’en parle à des copains de tennis-fauteuil, les gens découvrent que ça existe et ils veulent essayer le hand-fauteuil également. Ils sont les bienvenus à Sélestat.

Frank Koppel, joueur du SAHB hand-fauteuilFrank Koffel, qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans l’aventure du hand-fauteuil ?
En 2011, j’ai eu un problème de santé et depuis je suis en fauteuil. Avant, je faisais de l’escalade et de la compétition automobile. Le hand, c’est Sébastien qui m’en a parlé et qui m’a dit de venir essayer. Je jouais au tennis avec lui. J’ai essayé le hand-fauteuil il y a 4 semaines et j’ai accroché. L’équipe est sympa, il y a une bonne ambiance et ça me permet de faire un sport en plus. Ce qui change du tennis, c’est un sport collectif. Quand je vois les valides se mettre en fauteuil, je me dis qu’ils doivent bien plus en baver que moi.

Et quelles sont tes attentes ?
Que la section se développe. Si on pouvait faire venir une ou deux autres personnes handicapées, ce serait bien. Et puis, il faudrait qu’on nous aide à se faire connaître. Si Séb ne m’en avait pas parlé, je n’aurais jamais découvert que cette équipe de hand-fauteuil existait en Alsace.

Alain Jaeger, joueur du SAHB hand-fauteuilAlain Jaeger, qu’est-ce qui t’a motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
Quand j’étais plus jeune, j’avais un collègue handicapé avec qui j’allais à la piscine. Ça m’a poussé à les accompagner aujourd’hui. Moi, je suis bénévole pour les pros du SAHB. Mon fils joue en moins de 15 ans. Quand le SAHB a eu envie de créer une section hand-fauteuil, Julien Antoine m’en a parlé et je suis tout de suite venu. J’étais gardien de foot étant jeune et j’amène mon expérience pour l’équipe. C’est que du plaisir. Nous, on existe depuis juin 2013. Aujourd’hui, on voit des structures de hand-fauteuil qui sont parfois là depuis une dizaine d’années. Nous, en moins de deux ans, on a réussi à être une vingtaine et quand on voit cet engouement, c’est fabuleux. Sincèrement, je ne pensais pas qu’on en serait là en si peu de temps. Ce premier tournoi nous permet de découvrir d’autres équipes et de discuter avec eux de leur fonctionnement. On commence à voir ce qu’on vaut et à se comparer par rapport aux autres. On prend du plaisir comme loisirs, mais l’esprit de compétition nous gagne et nous donne envie de progresser davantage et de nous faire connaître. Aujourd’hui, les autres équipes commencent à craindre le SAHB. On a battu les favoris de Lons-le-Saunier hier et on les retrouvera en finale cet après-midi. Et on espère vraiment gagner le premier tournoi que nous organisons chez nous.

Et quelles sont tes attentes ?
J’aimerais voir une seconde équipe se développer dans la région. Ça permettrait d’ouvrir un mini-championnat. Il faut vraiment une volonté générale et un soutien des médias pour y parvenir.

Philippe Geoffroy, joueur du SAHB hand-fauteuilPhilippe Geoffroy, qu’est-ce qui t’a motivé à pratiquer le hand-fauteuil ?
J’étais à l’origine du Fonds de dotation du SAHB et je suis tombé par hasard sur cette équipe-là. Au début, ils manquaient de joueurs et je les ai dépannés. J’ai découvert ces sportifs handicapés et jouer avec eux en tant que valide est humainement très fort. L’an dernier, quand nous avons participé au tournoi à Liverpool, j’ai vécu 24h/24 avec eux et c’est là qu’on se rend vraiment compte de notre chance. En jouant avec eux, on se met au même niveau et c’est super prenant.

Et quelles sont tes attentes ?
Mon objectif aujourd’hui, c’est de faire connaître ce sport et notre équipe, et d’attirer encore plus de personnes handicapées. Ils composent 1/3 de nos deux équipes et on aimerait arriver à 50%.

Retrouvez aussi les inteviews de Vincent Momper, président du SAHB, et de Julien Antoine, l’entraîneur de l’équipe de hand-fauteuil du SAHB.

IMG_2120p-md

L’équipe de hand-fauteuil s’entraîne tous les samedis matin à 10h au Centre Sportif Intercommunal de Sélestat.


Cet article vous a été utile ? partagez-le !

Les actions pour le développement durable

Le Téléthon avec EDF en Alsace

Depuis plusieurs années, les salariés d'EDF en Alsace et leurs partenaires se mobilisent en faveur de l'AFM-Téléthon.

100 Chances 100 Emplois, pour l’insertion professionnelle des jeunes en difficulté

En Alsace, EDF et ÉS soutiennent 100 Chances 100 Emplois, en parrainant notamment des jeunes en recherche d'une nouvelle dynamique professionnelle

Fonds de dotation du SAHB : 100% hand, 100 % solidarité

Le partenariat entre le Fonds de dotation du SAHB et EDF favorise l’insertion sociale par le handball de personnes handicapées ou issues de la diversité.

Libérer la durable attitude des territoires en Alsace

EDF et ÉS sont partenaires de la campagne LIBÉREZ VOTRE DURABLE ATTITUDE ! lancé par le Club des partenaires de Strasbourg Ouest. Une première mondiale !

La Charte de la diversité

En signant la Charte de la diversité, EDF s'engage à condamner les discriminations dans le domaine de l’emploi et décide d’œuvrer en faveur de la diversité.

Favoriser la création d’activités économiques en Haute-Alsace, durable et pour tous

La Fondation Partenariale Haute-Alsace a pour objectif de financer des projets dans le domaine du développement durable sur le territoire alsacien. La Fondation a été…

Coup de pouce solidaire pour les projets vertueux de l’ADIE

La convention signée en 2009 avec l'Adie vise à accompagner les auto-entrepreneurs soutenus par l’Adie Alsace pour développer des projets développement durable et améliorer l’impact…

EDF partenaire du Prix de la Diversification de l’Apprentissage au Féminin (PDAF)

Le groupe EDF est un énergéticien international attractif, mais nos métiers sont parfois perçus à tort comme un univers industriel essentiellement masculin. C’est pourquoi EDF…

Kit pour réduire les consommations

Afin de lutter contre la précarité énergétique, qui touche entre 4 et 5 millions de Français, EDF met en place plusieurs dispositifs et services, dont…

Découvrez toutes les actions réalisées en Alsace

Actualités Vivre Ensemble

27 juin 2017
Changement de présidence pour le Musée EDF Electropolis

Julien Villeret, directeur de la communication du Groupe EDF, a été élu à la présidence de l’association gestionnaire du Musée EDF Electropolis le 15 juin.

Lire la suite
26 juin 2017
Découvrez les coulisses de la production hydroélectrique en Alsace

Cet été avec EDF, découvrez les aménagements hydroélectriques de Strasbourg, Fessenheim et Kembs, grâce à un dispositif de visites guidées gratuites.

Lire la suite
22 juin 2017
La centrale nucléaire de Fessenheim soutient la Montée du Grand-Ballon

Elvire charre, Directrice adjointe de la centrale nucléaire de Fessenheim, a remis les prix aux gagnants de la 37ème édition de la Montée du Grand-Ballon.

Lire la suite
Voir toutes les actualités